illustration idées reçues confusion

Les 5 pires idées reçues sur le storytelling

Ma musique du moment : Barry White – Let The Music Play. Avant de vous plonger dans la lecture de cet article, n’hésitez pas à lancer ma musique du moment.

La raison d’être de ce blog est de populariser le storytelling en France.

Si je veux réussir à le populariser au moins un petit peu, je dois absolument démonter une par une toutes les idées reçues qu’il est possible de retrouver sur ce sujet passionnant.

Il me fallait donc absolument aborder dans cet article les différentes idées reçues que nous pouvons hélas voir se propager dans le monde de l’entreprise ou dans l’esprit collectif.

Le storytelling pourrait être tellement plus populaire en France !

D’apparence, il est semble assez populaire mais ne l’est que de façon superficielle.

Il n’est populaire que de nom car dans dans les faits, même si par exemple les services marketing trouvent ça cool, quand il s’agit de le mettre en pratique, les gens y vont à reculons.

Vous allez vite comprendre pourquoi…

Le storytelling pourrait être bien mieux exploité en France et pourtant, certaines fausses croyances empêchent les entreprises d’exploiter à fond cet outil fantastique.

Voyons ensemble quelles sont les pires idées reçues sur le storytelling que vous pourrez retrouver dans le monde de l’entreprise.

 

Idée reçue 1 : Le storytelling, ça fait peur

Un classique ! Forcément, comme l’utilisation du storytelling est en quelque sorte « nouvelle » en France, les gens ont peur d’investir pleinement dans son utilisation.

De manière générale, les gens ont peur de tout ce qui est nouveau ou de tout ce qui est susceptible de bouleverser leur manière de travailler car cela impose beaucoup remises en questions.

Le storytelling peut faire peur pour de nombreuses raisons mais la raison la plus évidente s’explique surtout par la peur de prendre des risques.

Par exemple, pour intégrer le storytelling dans sa stratégie de contenu, il est nécessaire de s’éloigner de sa ligne éditoriale originelle.

Il est vrai que cela peut faire peur et je peux parfaitement le concevoir.

Le problème, c’est que comme tout le monde à peur de s’éloigner de l’esprit de sa ligne éditoriale originelle, on se retrouve avec des pages à propos dénuées de tout intérêt et bien trop souvent barbantes.

Oui, cela peut faire peur de rendre une page à propos un peu plus fun, décalée et originale.

Cela peut faire peur de faire de cette page une véritable mise en scène et de lui donner une âme.

Seulement, c’est ce que les gens veulent vraiment retrouver sur une page à propos et moi le premier…

En lisant la suite et en découvrant les autres idées reçues abordées dans cet article, vous allez mieux comprendre pourquoi le storytelling peut faire si peur.

 

Idée reçue 2 : Le storytelling, c’est pour les enfants

Le storytelling, ce n’est pas comme la pub pour les biscuits Petit écolier de LU.

Ce n’est pas QUE pour les enfants.

Si des personnes pensent encore aujourd’hui que l’art de raconter des histoires n’est destiné qu’aux enfants, alors elles n’ont certainement pas encore bien compris ce qu’est l’essence du storytelling.

Les entreprises sont si sérieuses… peut-être un trop sérieuses parfois !

Heureusement que les publicitaires qui inventent les pubs que vous voyez à la télé ou sur le net ne sont pas trop sérieux.

Si ils résonnaient dans la même façon que ces personnes si sérieuses, il nous serait difficile d’imaginer ce que pourraient donner ces pubs…

On pourrait penser que les discours d’experts, le langage technique, les chiffres, les mots compliqués et les graphiques sont les seules façons d’atteindre les adultes.

Mais c’est faux ! Il y a tellement d’autres approches possible. C’est juste qu’en France, les gens ne résonnent que par les chiffres.

Le storytelling peut complètement transformer le monde du BtoB.

Je préfère être maladroit et passer pour un imbécile ou pour un fou mais raconter des histoires captivantes que de faire perpétuer ce mode de pensée.

Je m’égare. Retenez simplement que les gens qui disent que le storytelling est destiné aux enfants n’ont pas d’arguments valables et on tort de penser cela.

Si ce n’est que pour les enfants et que ce n’est pas assez sérieux, il va falloir m’expliquer pourquoi les adultes aiment beaucoup regarder des séries ou des films.

 

Idée reçue 3 : Le storytelling, c’est juste… raconter des histoires

Faux ! Le storytelling ne consiste pas SEULEMENT à raconter des histoires.

De manière plus exacte, cette technique consiste à UTILISER les histoires afin de communiquer plus efficacement.

Pour l’expliquer très simplement, ce n’est ni plus ni moins que de la communication.

En vérité, les storytellers qui travaillent pour incorporer du storytelling dans l’entreprise ne fonctionnent pas juste comme des conteurs.

Ce sont des communicants avant tout. L’histoire est un outil et non une fin en soi.

Une histoire, c’est assez facile à créer. En revanche, la faire vivre est plus difficile.

Ces communicants vont donc utiliser des histoires comme un outil qui permet de faire passer un message.

Cela consiste à fabriquer une histoires, certes, mais ensuite la structurer, l’adapter, la rendre cohérente et surtout : la diffuser correctement. (entre autres)

 

Idée reçue 4 : Le storytelling ne va rien apporter à mon entreprise

Cette idée reçue peut aussi se présenter sous la forme suivante : le storytelling ne va pas m’apporter d’argent.

Si les entreprises françaises étaient réellement convaincues que le storytelling pourraient leur apporter concrètement quelque chose, elles seraient plus nombreuses à l’exploiter à fond.

Malheureusement, il est difficile de convaincre ces dernières de l’utiliser car pour l’exploiter, cela demande d’oser, de prendre un risque, de faire différemment et de sortir des sentiers battus.

Beaucoup de personnes perçoivent certainement cela comme « perdre quelque chose » plutôt que de gagner quelque chose.

Cela peut être perdre de la crédibilité, perdre du temps ou encore perdre de l’argent…

En réalité, une entreprise a tout à y gagner avec le storytelling. Mes autres articles de blog l’expliquent plus en détail.

Les histoires, ça peut changer la vie des gens, faire le tour du monde, rendre les gens célèbres, changer les mentalités, instruire, faire découvrir des trucs incroyables et j’en passe…

Si une simple histoire est capable d’apporter toutes ces choses de manière générale, pourquoi ne pas envisager qu’elle puisse tout autant apporter à votre entreprise ?

 

Idée reçue 5 : Le storytelling, c’est de la manipulation / du vent

Cette idée reçue est probablement la plus rependue et très certainement la plus délirante.

Vous connaissez très bien l’expression à connotation péjorative : «  Vous me racontez des salades ! »

En plus d’être perçu comme de la manipulation ou du vent, le storytelling est souvent perçu à tort comme du mensonge.

Ce n’est pas la faute du storytelling si certaines personnes mal intentionnées décident de mentir en travestissant des histoires.

Un vrai storyteller s’intéresse à l’âme de l’entreprise et donc intrinsèquement, à la vérité.

C’est la vérité qui est la plus intéressante.

Quand je m’intéresse à une entreprise et que je souhaite la faire parler pour qu’elle puisse me raconter son histoire, je veux savoir le POURQUOI de l’entreprise.

Pourquoi elle existe, pourquoi elle en est arrivée là, pourquoi cette entreprise et pas une autre ? Ces éléments sont les plus intéressants car ils révèlent des choses souvent très croustillantes.

Le storytelling, c’est raconter l’histoire authentique d’une entreprise et cela consiste forcément de parler aussi de ses faiblesses.

Le storytelling, c’est tout sauf du vent, de la manipulation ou du mensonge.

Chez votre meilleur ami, qu’est-ce qui vous intéresse le plus :

– La formidable et incroyable histoire qui relate les performances, les succès et tout l’égo de cet ami ?

– Ou plutôt l’histoire authentique qui dévoile les secrets, les faiblesses, la sensibilité et les difficultés rencontrées par cet ami ?

En règle général, on a tendance à s’éloigner des mythomanes ou des pervers narcissiques qui sont d’ailleurs tout sauf intéressants. (en tout cas, dans la surface peut-être, mais pas dans la profondeur)

 

Les idées reçues sur le storytelling, en conclusion

En parlant d’authenticité et de faiblesses, j’aimerais vous faire part d’une chose toute bête.

Dans ma façon d’écrire, mon principal défaut réside dans le fait de partir un peu dans tous les sens.

J’ai tendance à m’éloigner du sujet de base ou du point abordé. J’ai beaucoup de mal à rester concentré sur un point très précis.

J’espère que vous ne trouverez pas cet article trop confus…

En tout cas, je fais des efforts pour corriger cela et rendre mes articles plus cohérents, plus précis et plus ordonnés.

Pour conclure cet article en beauté, j’aimerais simplement vous poser ces quelques questions :

– Avez vous peur d’utiliser le storytelling pour votre entreprise ?

– Trouvez-vous que le storytelling, ce n’est que pour les enfants ?

– Pensez-vous que le storytelling, c’est juste raconter des histoires ?

– Êtes vous convaincu que le storytelling ne va rien apporter à votre entreprise ?

– Enfin, êtes-vous certain que le storytelling, ce n’est finalement que du vent ?

N’hésitez pas à me répondre en commentent cet article. (rendez-vous en bas d’article pour commenter)

1 réflexion sur “Les 5 pires idées reçues sur le storytelling”

  1. Je trouve ton article très clair et bien construit ! Il me donne envie d’aborder d’avantage le côté authentique et simple du storytelling dans la communication avec mes clients ! Merci beaucoup ! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *